• Les genouillères

    Il a toujours été question de genouillères entre nous. Depuis longtemps je crois. Comme des souvenirs qui me reviennent avec les cling cling du klaxon de mon tricycle. Comme les plages désertes qu'hantent des petits poissons multicolores à frire. Robes blanches à volants, et tables bancales dans l'odeur du café grillé.

    Il s'est pas passé beaucoup de temps. Entre mon premier patin à rouler, et la première tombade amoureux. Le vol plané, jusqu'à la mare. Et en sortant évidemment, se secouer le bas des reins.

    La tête sur les genoux, scruter un horizon où je baiserai les tiens.

    Et tu me dirais, ici, c'est érogène. Ou zone rêvée.

    On s'en fout, c'est mon tour, les cinq ans. Comme ça, ça t'en fera quatre.



  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Avril 2007 à 11:34
    Hé oui Duck,
    Il est important de mettre des genoux hier ; toujours ! Surtout quand on descend les escaliers en tricycle ;-)
    2
    Mercredi 11 Avril 2007 à 11:38
    oui Frenchmat
    sinon c'est un coup à finir en pâté en croûte, surtout pour un canard !
    3
    Mercredi 11 Avril 2007 à 11:47
    Ah ah
    bien vu ;-)
    4
    Mercredi 11 Avril 2007 à 11:55
    mais toute l'inspiration
    me vient de toi, Frenchmat, ô maître du pâté de tête !
    5
    Mercredi 11 Avril 2007 à 11:55
    il va falloir
    trouver une bonne chute à ces commentaires !
    6
    Mercredi 11 Avril 2007 à 12:37
    je comprends mieux pourquoi
    tu fantasmais sur les genoux de Jane
    7
    Mercredi 11 Avril 2007 à 13:01
    Oui
    car on ne le dit pas assez, le genou c'est tout chou !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :